La neige

LA NEIGE

Je te salue, ô Reine immaculée et fine,
Souveraine que vêt un long manteau d’hermine !

Tu t’es vue à ma vitre, et ma vitre, en hommage,
A retenu captif ton radieux visage !

Ô Reine de blancheur, si fragile et si douce,
Le sol noir sous tes pas fleurit de blanche mousse !

Le Vent porte ta traîne et balance tes voiles,
La Nuit pose à ton front sa couronne d’étoiles !

Et l’arbre, qui n’a plus de sève ni de force,
Frémit quand tes bras clairs étreignent son écorce !

Si le petit enfant t’adore, ô pure Dame,
C’est qu’il peut comparer ta candeur à son âme !

Et pour te caresser, rieur, ses deux mains frêles
Ont la légèreté de deux petites ailes !

Tu marches sur les toits, secrète, à l’heure brune,
Et tu reçois le grand baiser bleu de la lune !…

En ce jour où tu vas en robe lumineuse,
Je te salue, ô Neige humble et silencieuse !

Albert Lozeau (1878-1924), Le miroir des jours

(via Wikisource)

Leems, Beskrivelse over Finmarkens - source : Wellcome Collection
Leems, Beskrivelse over Finmarkens – source : Wellcome Collection
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s